Le nom de Dieu dans la Bible

Forum : Discutions libres
Répondre
Thiebault

Avatar du membre

Messages : 1390
Enregistré le : 29 mars 2007 08:21
Localisation : Belgique

Le nom de Dieu dans la Bible

Ecrit le 31 août 2007 03:08

Message par Thiebault

Et il faut faire encore plus fort pour trouver "jéhovah" n'importe où dans la Bible.

Dès les premiers versets, la Trinité est préfigurée.

medico

[ Modérateur ]
[ Modérateur ]
Avatar du membre

Messages : 17727
Enregistré le : 27 juin 2005 13:23
Localisation : FRANCE

Contact :

Ecrit le 31 août 2007 03:55

Message par medico

mais je te fait remarquer que la bible CRAMPON bible catholique écrit JEHOVAH .
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance.
AM www.jw.org
http://jehovah.forum-religion.org/search.php

Thiebault

Avatar du membre

Messages : 1390
Enregistré le : 29 mars 2007 08:21
Localisation : Belgique

Ecrit le 31 août 2007 04:40

Message par Thiebault

Je parle du texte original, medico. Pas des traductions.

medico

[ Modérateur ]
[ Modérateur ]
Avatar du membre

Messages : 17727
Enregistré le : 27 juin 2005 13:23
Localisation : FRANCE

Contact :

Ecrit le 31 août 2007 05:32

Message par medico

Thiebault a écrit :Je parle du texte original, medico. Pas des traductions.
le quel car il y en a plusieurs et dans certains le tétragrame apparait ?

ps ;dans la préface CRAMPON il est dit que la source est dans les textes originaux.
et en plus l'ouvrage est destiné aux séminaristes et aux prêtres .
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -
(Isaïe 30:15) Votre force résidera en ceci : dans le fait de rester calmes et [aussi] dans la confiance.
AM www.jw.org
http://jehovah.forum-religion.org/search.php

Thiebault

Avatar du membre

Messages : 1390
Enregistré le : 29 mars 2007 08:21
Localisation : Belgique

Ecrit le 31 août 2007 06:49

Message par Thiebault

Le Tétragramme apparaît, je le sais. Mais il n'est pas écrit vocalisé. La transcription "Jehovah" tient donc de la spéculation.

Je sais que Gertoux a écrit un livre. Mais je m'interroge sur le fait qu'aucun hébraïsant n'ait pensé pouvoir vocaliser le Tétragramme de façon aussi sûre que le prétend Gertoux. En outre, son livre n'est pas intéressant dans la mesure où il ne concerne que les initiés, voire les experts en langue hébraïque.

tabiblia

Avatar du membre

Messages : 6
Enregistré le : 30 août 2007 06:27

Le tétragramme

Ecrit le 31 août 2007 07:39

Message par tabiblia

La vocalisation du tétragramme est un faux problème.
A l'époque biblique, l'hébreu n'était pas vocalisé. On se servait de certaines consonnes "repère" (Y, H, W) pour indiquer les sons (i,é - a final - ou) Ce sont les mères de lectures.
De fait (et pas besoin de voyelles):
YHDH = IOUD A
YH =IA
TWRH = TORA
KTWBYM = KETOUVIM
etc
et le tétragramme : YHWH (IOUA)

Les mots commençant par YHW peuvent se prononcer IO ou IEO (Yého), comme dans YHWSWH (Yéhoshouah, i.e. Jésus/Josué), YHWNTN (Yéhonathan). Donc, YHWH = Yéhoua.

Pas besoin d'être un hébraïsant chevronné pour comprendre ça. Tous les Israéliens modernes le savent, et ne veulent pas prononcer le tétragramme "selon ses lettres" (le Talmud indique que cette prononciation "selon les lettres" est la bonne prononciation). Pourtant, ils n'ont aucun mal à lire leur langue sans voyelles.

De fait, on trouvera autant de manuels et de références de personnes de mauvaise foi qui accusent la transcription/traduction Jéhovah (Jéhovah ce n'est pas de l'hébreu, c'est du français) d'être un barbarisme né de la transposition des voyelles d'Adonay (qui sont A, O, A et non E, O, A) sur le tétragramme YHWH.

Mais c'est tout simplement faux. Non seulement le tétragramme n'a pas besoin de voyelles pour être prononcé, mais en plus les voyelles que les Massorètes ont ajoutées au Nom sont E, A (du mot araméen Shema, "le Nom"). Par la suite, une erreur a conduit à ajouter encore une voyelle, le O (holam) par confusion avec un signe de cantillation (le rebia).

Mais toutes ces indications sont superflues. Le tétragramme se prononce (et se vocalise) d'après ses lettres.

Quant à la forme Yahvé elle est d'origine samaritaine (tardive), non juive. Deux témoignages anciens prouvent que les Samaritains prononçaient le Nom ainsi (mais faut-il vraiment faire comme les Samaritains ?) MAIS QUE les Juifs prononçaient "l'abbréviation" IA (Yah ou Jah).

De plus Yahvé (ou Yahweh) est une forme bisyllabique qui n'est pas crédible, car les Psaumes étaient chantés. Or, ils indiquent que le Nom doit avoir deux syllabes et demi, exactement comme YeHouWaH (le shewa vaut 1/2).

Ne pas employer le nom divin est une pratique Gentile, qui procède de la pensée hellénistique selon laquelle Dieu n'a pas de nom, qu'il est trop transcendant pour que la pensée humaine l'atteigne (d'où l'apophase à son sujet), et que, existant de toute éternité, nul n'a pu lui donner de nom.

Mais cette pensée n'est pas biblique, car Dieu a un nom propre, et les Juifs juraient même par ce Nom, en disant HY-YHWH (sur la vie de Jéhovah... + serment ; cf. Juges 8:19 par ex.)

Le nom propre YHWH fonctionne comme tous les autres noms propres hébreux.

De fait, les savant actuels refusent de nommer Dieu "Jéhovah", bien qu'ils savent que cette forme est la meilleure traduction, parce que ce terme est désormais connoté (Témoins de Jéhovah).

Mais il n'y a en fait aucune bonne raison de ne pas l'employer.
Cordialement,
tabiblia

Nhoj

Avatar du membre

Messages : 7441
Enregistré le : 07 août 2007 16:04

Ecrit le 31 août 2007 07:59

Message par Nhoj

Ben oui puisque nous ne l'avons pas inventé. En plus, j'ai déjà donné des liens de sites sur l'hébreu montrant la prononciation de l'alphabet hébreux, mais on l'ignore complètement.
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -

Thiebault

Avatar du membre

Messages : 1390
Enregistré le : 29 mars 2007 08:21
Localisation : Belgique

Ecrit le 31 août 2007 10:19

Message par Thiebault

Nhoj, je me souviens de ton lien. Ce que tu n'avais pas compris, c'est que je sais lire l'hébreu. Pas besoin d'un cours. Je t'ai demandé où tu voulais en venir avec cette page et tu n'as jamais été clair. Mais je t'avoue que je n'ai jamais rencontré de ma vie un seul témoin de jehovah qui joue franc-jeu ;).

En outre, je me souviens t'avoir apporté des mots possédant l'une ou l'autre consonne du Tétragramme vocalisée différemment, ce qui contredit l'unique vocalisation pour telle ou telle lettre.

Bref, ce que rappelle tabiblia est ce que tu avais soutenu il y a quelques temps et n'est pas très crédible. Car si c'était vrai, les Juifs n'auraient jamais prétendu que la vocalisation était perdue et il n'aurait pas fallu un livre de 300 pages écrit par Gertoux.

tabiblia

Avatar du membre

Messages : 6
Enregistré le : 30 août 2007 06:27

Ecrit le 01 sept. 2007 03:41

Message par tabiblia

Ceux qui ne jouent pas "franc-jeu", ce sont qui disent que la vocalisation est perdue, et qui, partant de ce constat pathétique mais peu scientifique, refusent de nommer Dieu.

Il ne faut suivre les Juifs dans leur refus superstitieux et antiscripturaire de nommer Dieu. Il n'y a aucune bonne raison, et la Bible montre suffisamment que leur exemple n'est pas souvent à suivre...

Cela dit, les Juifs savent prononcer le Nom, tout comme n'importe quel hébraïsant. On trouve même un manuel de lecture pour enfants Israéliens qui dit que le Nom se prononce bien sûr Jéhovah... Qu'on s'attache aujourd'hui à la forme erronée Yahvé procède de la volonté de coller la pseudo-étymologie tirée d'Exode sur le tétragramme. Or, cela n'est plus soutenu sérieusement dans les milieux académiques. Seulement, Jéhovah est un terme connoté...

Il ne faut pas non plus suivre les Gentils modernes qui refusent de prononcer le Nom sur la base de la superstition des Juifs (un comble pour des personnes qui se disent chrétiennes !), ou sur la base d'une exégèse démentie par les faits.

Les matres lectionis ont effectivement plusieurs vocalisations possibles:
Y : i, é
W : o, ou
H : a final

Mais, les matres n'expliquent pas tout ; il faut se référer à l'usage effectif. Or, c'est un fait irrécusable :
- aucun nom théophore (i.e. qui porte une partie du Nom) ne commence par Yah-
- tous les noms théophores commençant par YHW sont vocalisés YeHo ou Yo.
Je vous laisse rajouter le -H final...

De fait, on ne le dira jamais assez, Jéhovah est la forme française la plus proche de l'hébreu. Mais Jéhovah n'est pas de l'hébreu. L'hébreu c'est YHWH. Or, Yahvé veut être de l'hébreu dans le français. Ce n'est pas de la traduction.
Cordialement,
tabiblia

tabiblia

Avatar du membre

Messages : 6
Enregistré le : 30 août 2007 06:27

Re: A propos de ce qui précède...

Ecrit le 01 sept. 2007 05:03

Message par tabiblia

Monogenês ne s'applique au Fils que lorsqu'il est suivi ou précédé de huios ou theos. Il y a d'autres instances où il s'applique à des enfants uniques ou "uniques en leur genre" (Lc 7:12, 8:42, 9:38, Hb 11:17). L'hébreu sous-jaçent est YHD (YacHiD), "unique". Par ex. en Hb 11:17 il s'applique à Isaac, qui certes n'était pas l'enfant unique d'Abraham, mais l'unique-engendré de Sarah.

De fait on accuse souvent les TJ de traduire le terme monogenês par "unique-engendré", mais on s'est rendu compte que c'est finalement la meilleure traduction, puisqu'elle indique que le Fils est engendré du Père.

Mais il ne faut pas confondre engendré, i.e. partageant forcément la même nature (tout comme un fils humain partage la nature de son père) et "engendré de toute éternité" qui est une insertion théologique ultérieure, et qui est absolument antiscripturaire :
- Colossiens 1:15 : prôtotokos pasês ktiseôs : premier-né de toute création. Le terme prôtotokos [/i ]est employé de Jésus à sa naissance humaine (Mt 1:25, Lc 2:7) et révèle l'hébreu sous-jaçent BKR (BéKoR).
- Révélation 3:14 : hê arkê tês ktiseôs theou : Jésus (le témoin fidèle et vrai) est "le commencement de la création de Dieu". Difficile d'être engendré de toute éternité quand on a été l'objet d'une "arkê", d'un commencement.
- voir aussi Proverbes 8:22.

Lorsque j'évoquais le terme morphê, je ne jouais pas sur les mots. Si l'on veut prouver que Jésus est engendré du Père, ce que je reconnais, il ne faut pas se servir du terme morphê, c'est tout. C'est un synonyme de eikôn. Il ne désigne pas l'essence mais l'apparence. Lisez bien l'article que j'ai signalé. L'usage réel des mots vaut mieux que le sens trouvé dans des dictionnaires biaisés. 1 Jean 5:1 et 5:18 prouvent clairement que Jésus est engendré de Dieu.

Il y a un paradoxe extraordinaire dans la pensée de ceux qui contestent la présence du nom divin Jéhovah dans le NT...

Ils clament à corps et à cri qu'il y a plus de 5000 manuscrits grecs où ne figure pas le Nom, et que les TJ ne peuvent donc légitimement pas le restaurer (cf. l'insipide "démonstration" de Lynn Lundquist).

Quand des TJ leur montrent que les documents évangéliques reposent sur des logia en hébreu et en araméen (les synoptiques ne peuvent s'expliquent que par des sources communes en langue sémitique), ils clament (ainsi que la réponse qui m'est faite le suggère) qu'on leur sort des documents écrits en lettres hébraïques, et non grecques...

C'est bien sûr absurde.

Tout ce que cela prouve, c'est que celui qui m'a fait l'objection a dû voir la jacquette du livre de Fontaine, et qu'il n'est pas du tout familiarisé avec les arguments qu'on y trouve.

Donc, voici les manuscrits grecs :
- tous les manuscrits de la LXX (ce n'est pas le NT on est bien d'accord) antérieurs au IIe s. présentent le tétragramme hébreu dans un texte grec. A partir du IIIe s., une pratique nouvelle les fait disparaître : les Chrétiens gentils se mettent à copier les manuscrits à la place des Juifs. Or, cela coïncide avec la période où les judéo-chrétiens, capables d'écrire l'hébreu, sont supplantés par les Gentils (qui eux ne connaissent pas l'hébreu et n'aiment de toute façon pas tout ce qui "fait Juif", dont le Nom).

Cette pratique de retirer le nom hébreu (écrit par des Juifs) au sein du texte grec n'est pas une spéculation. C'est un fait. Elle révèle une mentalité.

Or les premiers rédacteurs du NT étaient quasiment tous, si ce n'est tous, Juifs (Luc fait peut être exception, et encore). Ils ont écrit d'abord en hébreu, Matthieu de manière absolument certaine. Mais comme on attendait le retour du Christ, on se souciait peu de préserver les manuscrits, qui passaient de mains en mains. On n'a donc plus ces manuscrits hébreux, mais quand on connaît l'hébreu, et qu'on lit le grec des évangiles, on voit bien que c'est émaillé de sémitismes.

Soyons donc un peu sérieux.

Les manuscrits hébreux qu'on peut citer, bien qu'assez tardifs, sont ceuw de du Tillet ou de Shem Tob. Celui de Shem Tob par ex. préserve un texte hébreu de Mt qui n'est pas dépendant du grec (i.e. qui n'en est pas une traduction). Cela confirme non seulement les nombreux témoignages anciens (des "Pères" de l'Eglise) indiquant sa rédaction hébraïque primitive, mais de plus cela confirme la présence du Nom, qui y figure sous forme d'un triple Yod dans les citations de l'AT et qq endroits complémentaires (exactement comme ce qu'on trouve dans la Bible des TJ). Bizarre pour un document ancien qui préserve une tradition indépendante (tout comme la LXX préserve une leçon indépendante du texte massorétique) !

Donc, certes, on ne trouve pas, et ne trouvera sans doute jamais, de manuscrit du NT écrit en hébreu avec le Nom, ou en grec avec le tétragramme en hébreu, car tous les supports de l'époque étaient périssables. Mais on sait de source sûre qu'il y a eu à l'époque (fin II-début IVe) des recensions qui ont homogénéisé tous les manuscrits grecs pour leur donner le même acabit, qui ont produit l'archétype. Ce sont ces manuscrits homogénéisés par l'école Alexandrine, notoirement antisémite, que cite Lundquist. Il ne prouve donc rien, à par que le nom divin hébreu était répugnant à l'église gentile, et l'est toujours.

Enfin, j'aurai préféré qu'on me réponde sur autre chose que ma demi boutade finale, quand je suggère qu'il est impossible pour une hypostase (Jésus) de dire à une autre hypostase (Dieu le Père) : "tu es mon Dieu". Oui, jamais Jésus n'a dit au Père : "tu es mon Dieu". C'est tout ce que pouvait m'objecter "sérieusement". Il a dit : "Mon Dieu, mon Dieu" (ex. Mc 15:34) ou "mon Père (...) et mon Dieu" (Jn 20:17). Qu'est-ce que ça change ?

Et d'ailleurs, que fait-on sur un forum quand on pense que la doctrine qu'on défend n'est pas défendable, ni compréhensible par des mots humains ? Qu'il faut préalablement en être convaincu, sans vouloir en démordre par la Raison ? Paul qui prêchait ce que vous appelez un "mystère" et qu'il vaudrait mieux appeler "la bonne nouvelle" aux Béréens a loué leur pratique de vérifier dans les Ecritures (et non pas par je ne sais quel processus mystique) l'exactitude de ses affirmations (cf. Ac 17:11).

Avec des lunettes trinitaires, il est en effet plus facile de lire la Trinité de la Genèse à la Révélation... Mais c'est avec une conception nicéenne, et non pas contextuelle. Les Juifs ont toujours adoré le Dieu UN, de même que les judéo-chrétiens, non le Dieu TRINE.

Ce que la Watchtower a fait (mais elle n'est pas la seule au cours du temps) c'est en quelque sorte une réforme, un retour à l'hebraica veritas, un dépoussiérage de la vision trinitaire qui s'est accolée au christianisme gentil dès après la mort des derniers disciples de Jésus, ce dont les historiens se rendent compte très clairement aujourd'hui.

Enfin, je constate que vous ne pouvez pas vous empêcher de faire des attaques ad hominem, faute d'arguments (le mystère ne s'explique, n'est-ce pas ?)

Vous soupçonnez l'auteur du Nom divin dans le NT d'être de mèche avec les TJ. Donc, a priori le gugus n'est pas crédible.
Et vous insultez le pasteur Russel.

Vous faites bien de n'engager que vous sur cette voie méprisante.

Cette attitude méprisante et a priori me fait penser à Mt 7:20 : "C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaitrez."
Cordialement,
tabiblia

Thiebault

Avatar du membre

Messages : 1390
Enregistré le : 29 mars 2007 08:21
Localisation : Belgique

Ecrit le 01 sept. 2007 06:04

Message par Thiebault

tabiblia a écrit :Ceux qui ne jouent pas "franc-jeu", ce sont qui disent que la vocalisation est perdue, et qui, partant de ce constat pathétique mais peu scientifique, refusent de nommer Dieu.
Et donc, il a fallu attendre Gertoux pour connaître la vocalisation réputée scientifique et donc absolument vraie du Tétragramme ? Je vous rappelle néanmoins que c'est un moine dominicain qui a postulé le premier que "Jéhovah" était une vocalisation peut-être correcte dudit Tétragramme. Je reviendrai à la fin sur l'opportunité de prononcer "Jéhovah" ou toute autre vocalisation du Tétragramme.
Il ne faut suivre les Juifs dans leur refus superstitieux et antiscripturaire de nommer Dieu. Il n'y a aucune bonne raison, et la Bible montre suffisamment que leur exemple n'est pas souvent à suivre...
Vouloir à tout prix prononcer le nom de Dieu relève de la superstition également. Le but est le même (ne pas encourir le courroux de Dieu) mais les dispositions diamétralement opposées. Laquelle est la bonne ? Ebauche de réponse à la fin...
Cela dit, les Juifs savent prononcer le Nom, tout comme n'importe quel hébraïsant. On trouve même un manuel de lecture pour enfants Israéliens qui dit que le Nom se prononce bien sûr Jéhovah... Qu'on s'attache aujourd'hui à la forme erronée Yahvé procède de la volonté de coller la pseudo-étymologie tirée d'Exode sur le tétragramme. Or, cela n'est plus soutenu sérieusement dans les milieux académiques. Seulement, Jéhovah est un terme connoté...
Pas nécessairement connoté "témoins de" en tout cas. Je pourrais prononcer "Jéhovah" devant le curé de ma paroisse, je sais qu'il ne tiquerait pas pour la cause.
Les matres lectionis ont effectivement plusieurs vocalisations possibles:
Y : i, é
W : o, ou
H : a final
J'ai déjà apporté la preuve que cette démonstration est inexacte. Je vais refaire les recherches.
Mais, les matres n'expliquent pas tout ; il faut se référer à l'usage effectif. Or, c'est un fait irrécusable :
- aucun nom théophore (i.e. qui porte une partie du Nom) ne commence par Yah-
- tous les noms théophores commençant par YHW sont vocalisés YeHo ou Yo.
Je vous laisse rajouter le -H final...
Alléluiah = allélou YAH.
De fait, on ne le dira jamais assez, Jéhovah est la forme française la plus proche de l'hébreu. Mais Jéhovah n'est pas de l'hébreu. L'hébreu c'est YHWH. Or, Yahvé veut être de l'hébreu dans le français. Ce n'est pas de la traduction.
Le nom de Dieu n'est pas "YHWH". Ce n'est pas non plus de l'hébreu car la lettre "w" n'existe pas dans l'alphabet. Permettez-moi d'être rigoriste à mon tour... Mais j'insiste là-dessus : "YHVH" ou "YHWH" ne constitue absolument pas le nom de Dieu.

Nhoj

Avatar du membre

Messages : 7441
Enregistré le : 07 août 2007 16:04

Ecrit le 01 sept. 2007 06:26

Message par Nhoj

Nhoj, je me souviens de ton lien. Ce que tu n'avais pas compris, c'est que je sais lire l'hébreu. Pas besoin d'un cours. Je t'ai demandé où tu voulais en venir avec cette page et tu n'as jamais été clair. Mais je t'avoue que je n'ai jamais rencontré de ma vie un seul témoin de jehovah qui joue franc-jeu ;).
Je n'ai pas été clair ? Arrête hein ! Tu sais très bien que je parlais de la prononciation du tétragramme. Quel aurait été l'avantage de ne pas être clair ?

Tu sais très bien de quoi je parlais d'autant plus que, en plus du lien, je postais les différentes lettres tu tétragramme avec leur prononciation.

D'après toi, aucun Témoin ne joue franc jeu. Pourquoi ? Parce que tu as l'esprit obscurci par de fausses doctrines.
- Témoin de Jéhovah baptisé et actif -

Thiebault

Avatar du membre

Messages : 1390
Enregistré le : 29 mars 2007 08:21
Localisation : Belgique

Re: A propos de ce qui précède...

Ecrit le 01 sept. 2007 06:35

Message par Thiebault

tabiblia a écrit :Mais il ne faut pas confondre engendré, i.e. partageant forcément la même nature (tout comme un fils humain partage la nature de son père) et "engendré de toute éternité" qui est une insertion théologique ultérieure, et qui est absolument antiscripturaire :
- Colossiens 1:15 : prôtotokos pasês ktiseôs : premier-né de toute création. Le terme prôtotokos [/i ]est employé de Jésus à sa naissance humaine (Mt 1:25, Lc 2:7) et révèle l'hébreu sous-jaçent BKR (BéKoR).
- Révélation 3:14 : hê arkê tês ktiseôs theou : Jésus (le témoin fidèle et vrai) est "le commencement de la création de Dieu". Difficile d'être engendré de toute éternité quand on a été l'objet d'une "arkê", d'un commencement.
- voir aussi Proverbes 8:22.


Non, il ne faut pas : ça met fortement à mal la doctrine des témoins de Jehovah sur la vraie nature de Jésus.

Le verbe servant à spécifier l'avènement du Fils par le Père est le même à l'identique et dans tous les cas à celui utilisé pour spécifier l'avènement des humains dont les principes sont des humains.

Sachant cela, vous tirez les conclusions que vous voulez, y compris en tordant le texte et les raisonnements. Pour ma part, je considère que la nature du Fils, engendré par le Père, est identique à celle dudit Père. De toute façon, la nature divine du Fils est précisée dans Philippiens chapître 2. Après, je vous le concède, il vous appartient de tourner les passages contenus dans la Bible comme bon semble à votre croyance. Cependant, ce n'est pas faire preuve de remise en question.

1 Jean 5:1 et 5:18 prouvent clairement que Jésus est engendré de Dieu.


Alors il faut prendre vos responsabilités en déclarant la divinité du Fils.

Il y a un paradoxe extraordinaire dans la pensée de ceux qui contestent la présence du nom divin Jéhovah dans le NT...

Ils clament à corps et à cri qu'il y a plus de 5000 manuscrits grecs où ne figure pas le Nom, et que les TJ ne peuvent donc légitimement pas le restaurer (cf. l'insipide "démonstration" de Lynn Lundquist).

Quand des TJ leur montrent que les documents évangéliques reposent sur des logia en hébreu et en araméen (les synoptiques ne peuvent s'expliquent que par des sources communes en langue sémitique), ils clament (ainsi que la réponse qui m'est faite le suggère) qu'on leur sort des documents écrits en lettres hébraïques, et non grecques...


Jésus nous a enseigné comme appeler son Père : "Abba" ("père", dans notre langue). Dès lors, le Tétragramme en devient caduc.

Il faut considérer que le dessein de Dieu est de voir tout homme accepter la filiation filiale qu'Il nous propose. Dès lors, quoi de plus normal que de l'appeler "Père" pour manifester l'acceptation de la grâce de Dieu ? Appelez-vous souvent vos parents par leur prénom ou leur nom ? Considérez-vous que la paternité du Père à notre égard soit minime au point de réfuter l'appellation systématique de "Père" ?

Pour ma part, j'estime essentiel de nommer le Père de Jésus "Père" car ainsi, je manifeste avoir accepté la grâce de Dieu. Je prends la responsabilité de tels actes.

tabiblia

Avatar du membre

Messages : 6
Enregistré le : 30 août 2007 06:27

Ecrit le 01 sept. 2007 06:39

Message par tabiblia

N'importe quoi. Vous ne pouvez pas affirmer des inepties comme cela.

YHWH, le tétragramme, est bien le nom divin.

Le waw est translitéré en français par un w (comme dans le pseudo-nom Yahweh) ou par un v (Yahvé). C'est au petit bonheur la chance dans les grammaires.

Beaucoup pensent que le son v n'existait pas en hébreu biblique : on disait donc Dawid mais pas David.

Vous n'êtes pas rigoriste en affirmant que lle w n'existe pas dans l'alphabet [hébreu]. Vous êtes imaginatif.

Que vous n'ayez que l'expression Alléluiah pour infirmer ma démonstration sur les noms théophores est ridicule. Alléluiah n'est pas un nom propre (et reportez vous à ce dont je parlais : de noms propres commençant par YHW), c'est une exclamation liturgique qui signifie "Louez Jah". Jah ou Yah (héb. YH) est la forme contracte du tétragramme. Première et dernière lettre. Comme les premiers nomina sacra (theos = THS, iêsous = IS, kurios = KS).

Donc, si Alléluiah prouve quelque chose, c'est que :
- à une époque les Juifs employaient la forme contracte du Nom divin,
- et que les matres lectionis fonctionnent : dans le mot HLLWYH ou HLLW-YH le W fait office de ou (et permet de reconnaitre le sens de la racine trilitère HLL) le Y de i et le H final de H. Donc YH = IA.

Mais je comprends que vous refusiez de nommer Dieu. Les chrétiens gentils déviants du 1er siècle déjà disaient que Dieu n'a pas de nom. Que son nom c'est "Seigneur", ou "Jésus", mais surtout pas YWHW, i.e. Jéhovah, le Dieu de Jésus.

CQFD.
Cordialement,
tabiblia

tabiblia

Avatar du membre

Messages : 6
Enregistré le : 30 août 2007 06:27

Ecrit le 01 sept. 2007 06:49

Message par tabiblia

En fait, vous ne comprenez pas "la doctrine des TJ".

On ne peut vous en tenir rigueur dans la mesure où, parfois, eux-mêmes ne la comprennent pas complètement (chacun à sa vitesse, chacun se pose des question différentes, chacun étudie plus ou moins sa propre doctrine).

Les TJ n'ont aucun problème avec la divinité de Jésus (i.e. Jésus est Dieu), ou avec le fait qu'il ait été engendré (donc qu'il ait la même nature que le Père). C'est biblique. Donc, les TJ y croient.

En revanche, ils objectent à deux erreurs fondamentales :
- que Jésus soit de toute éternité,
- que Jésus soit une seconde personne de la Trinité
tout simplement car il est impossible de trouver trace de ces deux doctrines dans la Bible. Divinité oui. Trinité non. Trois personnes dans une même substance ou essence, non.

On en revient à 1Co 8:6 : "néanmoins pour nous il n'y a qu'un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes."
Cordialement,
tabiblia

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Morbius et 10 invités